Paul Morand, Singulier et pluriel

Paul Morand, Singulier et pluriel

Paul Morand, Singulier et Pluriel

Edité par Catherine DOUZOU

I.S.B.N. 2-84467-092-X

 

 

 

Plus de détails

En solde En solde !
8,50 € TTC

17,00 € TTC

(remise de 50 %)

« Un écrivain doit avoir sa propre longueur d’onde ». C’est par cette image, « longueur d’onde » !, que Morand désigne volontiers l’écriture. La sienne est rayonnante, dardante, acérée, mais aussi lyrique… Le second colloque universitaire qui lui était consacré, à l’Université Charles-de-Gaulle - Lille 3, en juin 2002, s’est attaché à en prendre les mesures. Des textes déjà connus, fictionnels ou non, y sont abordés : romans, nouvelles, récits de voyage, portraits de ville, poésies, mais aussi des publications inédites de Morand, en particulier le Journal inutile dont la dimension polémique agita la sortie en 2001. Variant les modes d’approche qui mêlent ici selon les communications, poétique, psychanalyse, histoire littéraire, ces actes s’interrogent aussi sur les relations culturelles et artistiques de l’auteur.

Loin de la saturation que connaissent certaines œuvres, emportées par la mode, ensevelies sous des travaux redon-dants, celle de Morand, très sous-évaluée dans le tableau littéraire officiel du moment, fait sans doute peur. Pourtant, les débats que les positions de l’homme peuvent appeler n’offusquent pas la force littéraire de ses écrits. Il est vrai que ceux-ci en font un auteur, souvent plaisant, mais difficile, qui déjoue volontiers les commodités de la critique. Étonnant et pluriel, Morand reste un auteur singulier.

Panier  

(vide)

Nouveautés

Aucun nouveau produit à l'heure actuelle